Vendredi 23 août : Le dernier des « au revoir » !

Aujourd’hui, comme tous les enfants sont partis, c’est plutôt tranquille comme dernier départ. Pour la dernière fois, je fais ce que j’aime le moins dans mon voyage faire mon sac, mais pour une fois, j’ai le temps ainsi, je prends la matinée. Je demande internet et je check mon billet et je fais un dernier skype à la famille, le dernier d’aussi loin, et une dernière sauvegarde de tous mes fichiers, ce serait dommage que je perde un an de données uniques pendant ce dernier voyage.

Je dépose un mot de remerciement à tous les frères sur les assiettes pour mon dernier de repas de midi avec eux et je prends le temps de dire au revoir à deux personnes avec qui j’ai beaucoup sympathisé pendant ce mois, les deux cuisinières. Et elles sont vraiment touchées de mon attention qu’elles veulent, elles-aussi, me donner un petit souvenir, ce sera une photo personnelle de chacune qu’elles me signeront avec plaisir. Elles me précisent le lieu où elles ont été prises puis on plaisante une dernière fois sur le fait qu’elles m’y emmèneront le jour où je reviendrai. J’emprunte un fer à repasser. Je me repasse une dernière chemise pour arriver correct à l’aéroport. Je boucle mon sac, tout y est entré, c’est que je peux charger un peu plus vu que c’est mon dernier voyage.

Je vais prendre mon dernier repas. Je me sers une dernière fois en Matooké, en cassava, et en  « irish Pataoes » et les frères me remercient pour le petit mot à chacun. Certains comme à mon habitude, ne prennent conscience que maintenant de toute la dimension de mon projet, alors que ça fait un mois que je mange à leur table. Mais bon, ça fait aussi partie de l’aventure. Je prends une dernière fois de leur délectable pastèque et je suis parti. Un frère m’emmène à l’aéroport. On discute un peu et très vite je profite du dernier paysage qui m’est offert. Un contrôle de sécurité des voitures, et j’arrive à l’aéroport. Je me charge une dernière fois de mes deux sacs. J’aurai la surprise de rencontrer une dernière fois, le directeur de l’école St Savio, et un des bons professeurs avec qui j’avais bien sympathisé. Je ne sais pas pourquoi ils sont là, ils sont peut-être tout simplement là pour me dire au revoir. En tout cas, ça fait très plaisir de les remercier une dernière fois, eux qui m’ont si bien accueilli dès le deuxième jour de mon arrivé. Et voilà, une dernière poignée de main, un sourire, un « take care », un « come back again », et je passe la porte de l’aéroport.

Je prendrai mon vol sans souci comme d’habitude à patienter grâce à des films, des repas et des siestes dans l’avion. Pour finalement avoir le meilleur des accueils, d’abord avec mon amour à la sortie du terminus français. Après un an de communication virtuelle, c’est un vrai bonheur de se retrouver réellement à ses côtés. Que d’émotions ! Cette épreuve, on l’a fait ! J’aurai aussi la joie de retrouver toute ma famille sur le quai de la gare à Auray. Pour m’accueillir dignement, j’aurai droit à un accueil international, ils seront tous habillés de poncho, djellaba, sari et autre fantaisie d’autres pays. En tout cas, ça fait très plaisir de tous les retrouver. On ne s’imagine jamais vraiment ce que c’est de partir. Heureusement que j’ai vécu cette aventure pendant cette époque « internet » : par mail et skype, ça été moins dur, mais les voir en vrai c’est toujours différent.

Après un beau moment unique de retrouvaille familiale, je retrouve la gare d’Auray, lieu où j’ai quitter ma mère qui m’avait emmener le 8 septembre 2012 au petit matin, et voila que tout s’achève réellement de retour ici. Je porte une dernière fois mes sacs à dos « brick et brack » (qui ont, soit dit au passage, très bien tenu la route ainsi que moi, j’avoue que je n’ai pas eu de galère aussi bien physique, mentale, matérielle, ou de mauvaises rencontres aussi bien humaines que catastrophiques, juste une petite chute non douloureuse d’un train qui reprenait sa marche en Inde, une petite indigestion en Chine et un petit tremble de terre au Japon, sinon que du bonheur comme en témoigne ce CV !) Et chargé des ces deux fidèles sacs, vêtu de couleurs des différents habits trouvés un peu dans chaque pays, rempli d’images de tous les magnifiques paysages de la terre, d’ouverture à de très belles cultures et pédagogie, d’étincelles des yeux de tous les enfants du monde, des sourires de toutes les uniques rencontres internationales, de tous ces instants uniques qui  faisait que quoi qu’il arrivait je « kiffai la life ! », armé d’une nouvelle belle vision du monde, entouré de ma famille et de mon aimée, je marche vers la voiture et commence le chemin de ma nouvelle vie.

Au final, l’instant qui clôturera le mieux cette aventure, c’est peut-être celui avec frère Gérald. Il m’a expliqué pendant mon dernier repas avec lui qu’il y a un an, quand je l’ai rencontré pour la première fois, et qu’il m’a dit « yes, you are welcome », il pensait que c’était une blague et que je ne viendrai jamais. Mais au final, il est très fier que je sois venu, ça été une vraie belle surprise pour lui et il encore insisté sur le fait que je pourrai rester un an comme professeur ici.

Ainsi, oui peut-être que beaucoup comme lui ont pu penser au début que mon voyage était une blague, que seul ce n’était pas possible, que je n’avais pas l’argent, les langues, les contacts, et je ne sais quoi. Mais j’en suis la preuve vivante, si tu attends de savoir parler toutes les langues avant d’y aller, d’avoir tous les contacts, d’avoir tout l’argent nécessaire, d’avoir le temps, ou trouver la bonne personne avec qui partir, si tu réfléchis trop et que tu n’es pas déterminé par ton rêve, oui ce sera une blague, sinon vas-y, profite et « vis tes rêves ! »

Alors à qui le tour ????

Ce contenu a été publié dans CV. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Vendredi 23 août : Le dernier des « au revoir » !

  1. cycle3 st paul dit :

    salut lancelot !
    on en est où du film ???
    et ta réadaptation dans ta vie locale ??
    pas de trop de regrets d’être déjà rentré ???
    grosses bises des cycles 3 !