Bilan théorique

Les particularités de la Chine

Résumons le fonctionnement de ce pays qui est le premier pays le plus peuplé du monde :

Temps d’école / Rythme :

L’école est obligatoire pendant 9 ans à partir de 6 ans jusqu’à 15 ans. Les cycles se découpent de la Ie à la VIe pour le primaire, de la VIIe à la IXe pour le collège, et de la Xe à la XIIe pour le lycée.

année

Les cycles sont souvent dans des établissements séparés. Pour rentrer au collège, au lycée et en université, l’établissement choisi est conditionné par  le concours d’entrée (qui entraîne une sélectivité.)

Les élèves en primaire commencent souvent à 8h pour finir vers 15h30-16h.  Ils ont normalement tous les jours 7-8 périodes de 45 minutes séparées chacune de 10 minutes de pause dans la classe (pas de vraie récréation à l’extérieur.) Ils ont 1h30 pour manger le midi.

DSC03624

Mais au collège et au lycée, l’internat est très souvent privilégié. Et selon les écoles, ils commencent les cours entre 6h et 8h (exercices physiques et lectures à haute voix). La fin de cours ou la surveillance des études peuvent durer parfois jusqu’à 22h30 en lycée avec juste deux pauses d’une heure pour le repas : 12/13 h et vers 17/18 h. Ainsi ils ont des cours jusqu’au dîner puis encore des devoirs après le dîner.

Cependant, la Chine connaît une école à deux vitesses : celle des villes et celles des campagnes moins favorisées. Ces dernières possèdent des « enseignants itinérants » qui donnent des cours le matin dans une école et l’après-midi dans une autre.

Les élèves ont cours tous les jours du lundi au samedi midi. Et souvent, ils étudient le dimanche. Ce qui donne des semaines de 30-33 heures de cours pour le primaire et 36 à 38 heures de cours pour les collèges et lycées. Sans compter les heures d’exercices physiques quotidiens, les heures d’études, les temps d’assemblée, de lecture personnelle, d’exercices des yeux …  Ainsi on peut rencontrer des emplois du temps équivalent à quasiment deux temps pleins … Près de 80h par semaine passée à l’école pour un lycéen.

L’année scolaire est divisée en 2 semestres, débutant respectivement le 1er septembre et le 1er mars. Les semestres sont séparés par 1 mois de vacances chacun : en juin (pour l’été) et en février (pour la fête du nouvel an chinois – fêté en famille avec la plus grande migration au monde)

Il y a normalement 34 semaines de cours sur une année scolaire (soit plus de 1000 h de cours en primaire contre 864 h en France.) Mais il faut rajouter une semaine d’activités scolaires et une semaine d’activités de collectivité.

Fonctionnement général :

 L’enseignement public géré par le gouvernement domine le paysage de l’éducation chinoise. Au cours des dernières années, l’enseignement privé s’est développé, mais en général, leurs envergures ne permettent aucune comparaison avec les écoles publiques. Les écoles privées sont appelées « Instituts pour nobles » (Guizu Xuexiao). Elles proposent des enseignements d’excellente qualité. En raison de leur coût élevé, seuls les enfants des familles aisées peuvent les fréquenter.

Selon la constitution chinoise, tous les citoyens ont le droit d’accéder à l’éducation obligatoire et gratuite pendant 9 ans. Les écoles primaires et les collèges publics sont donc gratuits.

Les lycées publics sont gratuits ou payants.

Les Universités publiques sont chères. Pour la majorité des parents, cela représente plusieurs années de revenus, les bourses d’études étant rares.

Malgré la gratuité, les frais annexes (livres, transport, uniforme, assurance) et les frais de repas peuvent être un frein à l’éducation. Les familles les plus pauvres reçoivent une allocation mais dans les campagnes, les parents pensent également à leur perte de main-d’œuvre.

Pour pouvoir inscrire leur enfant à l’école, la famille doit être titulaire d’un certificat de résidence, le « hukou » ou « foukau », ce qui n’est pas toujours possible. La Chine compte 120 millions de migrants (sans certificat de résidence). On compte entre 200 et 300 écoles pour migrants à Pékin, la plupart chères et non reconnues par l’état.

Très peu d’écoles religieuses et chaque école publique doit proposer obligatoirement des cours sur l’idéologie communiste et des cours de morale.

DSC03728

Les élèves chinois, bien que très ouverts aux styles actuels de la mode des autres pays, portent l’uniforme scolaire tous les jours de la semaine et pour chaque activité scolaire.

L’uniforme scolaire se compose généralement d’un jogging porté par dessus des vêtements de ville. Un uniforme plus formel est réservé aux événements scolaires. Le coût d’un uniforme est d’environ 30€, mais parfois les écoles peuvent en fournir. Le port de l’uniforme et les règles sont très strictes : pas de bijou, pas de maquillage, pas de vernis, pas de cheveux longs (pour les garçons) ni colorés.

L’éducation préscolaire est financée par des organisations individuelles et des entreprises. Beaucoup de familles y accordent une grande importance et sont prêts à payer pour que leur enfant ne prenne pas de retard mais plus tôt de l’avance. Certains parents payent des stages d’anglais pendant les vacances … Au pays de l’enfant unique (depuis 1979), il n’est donc pas surprenant de découvrir que l’éducation est le premier pôle de dépenses des ménages.

babyschool

La réussite scolaire est un point extrêmement important pour les élèves chinois et pour leur famille. C’est pour cela qu’une grosse partie du temps est dédiée à l’étude.

Il y a un programme scolaire fixe et les élèves de la classe restent ensemble tout au long de la journée sauf pour les cours de musique, d’art, de sport ou de sciences en laboratoire. Ce sont les professeurs qui se déplacent de classe en classe. Même au primaire, il y a très souvent un enseignant par matière.

AGFA POCKET CAMCORDER

Valeurs :
Voici l’objectif officiel du système chinois : l’enseignement doit servir à la construction et à la modernisation socialiste. Cela doit être combiné à la production de travail, à satisfaire les besoins des entrepreneurs et à propulser le développement global de la moralité, de l’intelligence et du physique pour la cause du socialisme.

Le gouvernement déclare officiel comme valeur : le patriotisme (un professeur chinois me donnera comme définition : aimer son pays et dire qu’il est quasi parfait) la discipline, le collectivisme et le socialisme, l’éthique, l’égalité, la défense de la nation, l’unité et le respect de l’héritage et l’expansion des traditions historiques et culturelles (avec lutte contre le capitalisme) le tout pour une société socialiste équilibrée.

Mais il en oublie de parler de l’hyper sélectivité et élitisme, travail excessif et ardu dans les villes / Alphabétisation dans les campagnes (2/3 de la population chinoise)

Les priorités actuelles : le développement de l’éducation en milieu rural, la généralisation de la scolarité pendant les 9 ans obligatoires, l’accès à l’enseignement supérieur pour les couches populaires.

Le patriotisme est très marqué : Tous les élèves assistent à la cérémonie du lever du drapeau (tous les lundis) et chantent l’hymne national en uniforme avec un foulard rouge suivi de la rentrée en rang dans les classes. Le patriotisme est entretenu avec les cours obligatoires sur l’idéologie communiste et sur la morale.

Un représentant du parti communiste est obligatoire dans les écoles secondaires. Son rôle est de superviser le respect de la morale et de la vie politique dans les écoles.

L’individualisme et l’esprit de compétition s’allient étrangement à une bonne entente et bonne ambiance en classe.

Rythme :

Assemblée tous les lundis matins avant le premier cours (à 7h ou 8h.)

Exercices physiques quotidiens obligatoires (étirements, gymnastique) : avant les cours de 8h ou à la pause à 10h. Tous les élèves se rendent sur le terrain de sport, alignés en rang et ils exécutent les mouvements en même temps. Ces exercices se font le plus souvent en musique (parfois compétition entre classes.)

exo

Ils ont tous les jours aussi des exercices d’automassage de relaxation des yeux pendant dix minutes (parce que les caractères chinois font trop travailler ces organes et les fatiguent beaucoup.) Ainsi par ces petits exercices imposés, le gouvernement diminue le nombre de problèmes des yeux et de port des lunettes des enfants.

ecole4

Après les derniers cours du soir, les élèves font le ménage des classes (poussière, tableau, tables, fenêtres et sol).

Pédagogie :

Culturellement, il est irrespectueux de remettre en cause le savoir d’un aîné. Une question au professeur peut être perçue comme un manque de respect, d’où l’absence de dialogue en classe. Les enseignants parlent, élèves écoutent : il n’y a pas vraiment d’échanges, même en cours de langue.

Les journées à l’école sont longues et mettent l’accent surtout sur les maths et les sciences. La plupart des étudiants passent plusieurs heures par jour sur leurs manuels de classe en dehors des cours. En classe, les élèves récitent les leçons ou sont interrogés oralement par le professeur qui donnera parfois son évaluation devant l’ensemble de la classe. Les critiques émises par le professeur sont chose courante et tout à fait acceptées.

Les élèves ne posent pas de questions puisque la plupart ont un professeur ou tuteur particulier tous les soirs à la maison, pour revoir, apprendre et comprendre les leçons, en plus de faire les exercices.

L’apprentissage est principalement par mémorisation, accompagné de copie de pages de manuel, de répétitions d’exercices types avec la même méthode.

Dans certaines écoles, une heure de cours est donnée quotidiennement par un élève.

Une forte obsession des professeurs envers les notes, la réussite aux examens (et à la réputation de l’école) quitte même à négliger le sens de l’évaluation et de l’éducation.

AGFA POCKET CAMCORDER

Globalement, les élèves chinois de niveau universitaire ont développé une grande culture générale, une grande discipline et une capacité d’écoute et d’apprentissage.

En revanche, ils manquent souvent d’esprit critique, d’initiative, d’adaptabilité aux situations nouvelles, notamment quand un professeur leur demande de trouver les réponses eux-mêmes en cours.

C’est une méthode d’enseignement où dominent l’effort, la compétition et le sens de la collectivité. On peut résumer ce système à ce proverbe chinois : « Le bonheur issu du bonheur n’est pas le vrai bonheur, le bonheur né de la souffrance est le vrai bonheur ! » à méditer.

Cependant, et heureusement, j’ai rencontré une enseignante de sciences de lycée qui essayait de proposer autre choses en préparant des cours « idéals » : méthode de travail en commençant par une recherche d’informations dans les manuels sur le nouveau sujet, concertation en commun avec toute la classe, expérimentation, rédaction du bilan ensemble et exercices, avec du travail de groupe, des comptes-rendus de recherche et des exposés.

Mais ça lui demandait beaucoup de travail car rien n’était mis en place pour favoriser cette méthode.

Discipline :

 La discipline est très soutenue, presque militaire (les élèves se lèvent et saluent leur enseignant en début et fin de cours en primaire et entrainement militaire à l’entrée de l’université, parfois même du lycée.) Ils sont obligés de se tenir tout le temps bien droit en classe et sur leur chaise. Pour le bras levé, il doit aussi être droit avec le coude sur la table.

Par souci de respect à l’autorité, les élèves ne posent pas de questions en classe.

Certains professeurs parlent de double facette : strict en cours pour réaliser tout le programme scolaire, sympa en dehors.

Proverbes chinois : « un enseignant strict a de bons étudiants. »

On leur fait comprendre que ceux sont eux qu’ils sont responsables de leur étude et de leur apprentissage pour le monde de demain.

Ici, on ne conteste très peu la discipline, tu respectes ou on te fera comprendre qu’il faut que tu changes d’école.

Cependant, la discipline commence à changer avec ces jeunes, fils unique, qui ont trop l’habitude d’être choyés, « les petits empereurs » comme ils disent, et qui commencent à avoir un comportement de plus en plus laxiste, nonchalant et turbulent du fait que le professeur n’a pas le temps de les aider, qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent puisqu’il n’y a pas de punition, et que de toute façon, ils ne pourront pas redoubler jusqu’à la fin de leur école obligatoire.

Évaluation :

Un seul gros test pour chaque fin de semestre même en 1e année de primaire. Ils prennent une semaine de révision juste avant avec les professeurs.

Ils notent avec l’alphabet chinois ou des notes sur 100.

DSC03631 DSC03632

J’ai rencontré une école qui pratiquait le culte du 100/100, avec une cérémonie de remise de diplômes à la fin du semestre pour chaque élève ayant eu 100 à un test d’une matière. Ainsi, ils pouvaient recevoir plusieurs diplômes s’ils avaient bien travaillé dans plusieurs matières. Ils avaient remis plus de 300 diplômes pour 200 élèves. Mais plusieurs n’ont rien eu.

DSC03637

Pour rentrer au lycée, il faut passer un examen à la fin du collège. Une bonne note à cet examen permet d’intégrer un lycée d’état (d’enseignement général ou école médicale, technique, du parti, militaire).

Le Gao Kao est l’équivalent le plus proche du BAC. Ce concours, passé au niveau national, permet d’entrer à l’université selon le rang de réussite de l’élève. Les meilleurs étudiants intègrent les meilleures universités et ainsi de suite. Reste ensuite les établissements privés ou la vie professionnelle…

C’est un examen très dur qui est la raison du travail acharné depuis le collège et qui détermine la vie futur de l’élève puisqu’en fonction de sa note, il va être obligé de choisir telle ou telle université sans même regarder le domaine d’étude (les meilleurs élèves vont dans les meilleures universités évidement). Et une fois dans une université, ils n’ont même pas besoin de travailler, ils sont presque sûrs d’avoir son diplôme.

L’examen a lieu au printemps et dure deux jours. Et comme c’est un examen national, le pays s’arrête quasiment pour ça puisque tous les bus d’écoles, de la ville sont réquisitionnés pour que chaque élève puisse se rendre sur son lieu d’examen sans problème, même les policiers sont censés emmener l’élève sur simple demande.

L’ampleur de cette examen va jusqu’à voir des mères d’élèves aller dans les rues autour des lieux d’examen bloquer les voies pour éviter la circulation (trafic et klaxon) qui pourrait déconcentrer leur fils en réflexion.

Trois (ou quatre) épreuves au concours : Chinois, Mathématiques et Anglais. Un test de santé est obligatoire avant de passer le GaoKao – Tous les élèves se rendent ensemble à l’hôpital, sous la supervision de l’école.

30 % des élèves terminent et réussissent leurs études : ces élèves vivent principalement dans les villes.

Professeurs :

Il y a 14 millions d’enseignants dont 3 millions sans formation pour 260 millions d’élèves.

Le recrutement est géré par les écoles.

Les horaires quotidiens sont harassants (6h-21h30 parfois). Certains enseignants n’ont que le dimanche matin de libre ou un jour et demi par semaine au mieux.

Les enseignants n’ont que très peu de formation, il y a vingt ans, ils avaient juste un concours, et actuellement, ils ont deux à trois semaines de pédagogie. Les professeurs se débrouillent sur le tas.

(Certains m’ont même dit que pour leur inspection, le professeur préparait avant son cours avec les élèves, chacun ayant sa réplique et ils présentaient la « pièce » devant l’inspecteur.)

Mais la profession d’enseignant est hautement considérée par la population. Le gouvernement lui a accordé des droits spéciaux et une journée nationale du professeur.

Le savoir est tenu en très haute estime et fort respect des enseignants. Les élèves appellent en disant « Professeur + son nom ». Les élèves se lèvent et les saluent en s’inclinant au début et à la fin de chaque cours.

Un professeur m’a dit qu’il avait reçu de nombreux parents avec des cadeaux quand il était resté à l’hôpital à cause d’une jambe cassée.
Matières :

 Ecole primaire : Chinois et mathématiques (environ 60 % du temps d’enseignement), éducation physique, musique, art, sciences naturelles, cours sur l’idéologie communiste et sur la morale. L’anglais est introduit en 4ème année.
Dès la 4ème année, les élèves vont travailler deux semaines par semestre, principalement dans des usines et des fermes, afin de se familiariser avec le monde du travail.

Collège : Chinois et Mathématiques (40% du temps d’enseignement), physique, chimie, géologie, 2ème langue étrangère (15%), histoire, géographie, politique (fondement du marxisme et du socialisme), biologie, musique, arts et éducation physique.

Au lycée : Mêmes matières mais les sciences et mathématiques représentent 50 % du temps d’enseignement, 30% pour les langues. Toutes les matières sont obligatoires et il n’y a pas de hiérarchie de valeurs entre les matières (maths/musique par exemple).

En Chine, l’étude de 3 matières domine largement : Chinois, Mathématique, Anglais (matières peu diversifiées).

La danse, l’athlétisme, le basket, le football et le ping-pong sont les sports les plus populaires.

La danse est une matière scolaire à part entière (autant d’importance que les maths ou l’histoire.)

Ces élèves n’ont que très rarement le temps pour des activités de socialisation.

Compétitions sportives annuelles entre écoles – avec parades de cérémonie d’ouverture.

Concours de talents annuels – les gagnants feront une représentation devant les représentants du parti.

Matériel :

Les salles de classes sont grandes mais justes pour accueillir 50 élèves.

DSC03698

Les classes sont assez personnalisées puisque les élèves restent dans leur classe.

La Chine porte un gros investissement sur les écoles des grandes villes. Ainsi, on trouve de belles grandes écoles très bien équipées : salle ordinateurs (des salles jusqu’à 50 postes), gymnase, vrai grand terrain de sport et matériel adéquat, salle de musique avec piano, salle d’art avec matériel, salle de morale, auditorium d’assemblée, cantine, et toujours un grande partie administrative.

DSC03721DSC03729

Les manuels sont payants et fournis aux élèves en début d’année. Il y a jusqu’à deux – trois manuels par matière. Les manuels sont imposés par la ville.

DSC03682

Ils ont un manuel par matières très épais à étudier (et à connaître). Le professeur le lit et essaye de donner des explications, mais il n’y a pas le temps pour les questions. Ils ont aussi un autre manuel qui fait le double que d’exercices.

Ils ont l’air d’en plus utiliser pas mal de photocopie, surtout pour donner des exercices en plus.

Transport scolaire :

Les élèves vont souvent dans l’école la plus proche de leur domicile et ils viennent généralement à pied, en vélo, ou en bus.

Après l’école :

Une grande partie du temps est consacré aux devoirs, après on retrouve un peu de temps pour les classiques : ordinateur, télévision, sortie dehors avec les amis (rare), lire, jouer.

Mais quasiment pas de vie sociale en dehors de l’école.

En primaire, les enfants sont très majoritairement éduqués et gardés par les grands-parents, les parents travaillant beaucoup.

Pendant les vacances, ils reçoivent une quantité impressionnante de devoirs qu’ils doivent finir avant de revenir à l’école. Autrement le professeur peut imposer que l’élève reste encore deux-trois jours finir ses devoirs chez lui.

Détail :

Le chant tient une place très importante à l’école : hymne national, chanson de l’école, chanson de la classe. Il existe également la journée du chant où professeurs et élèves chantent, individuellement et collectivement.

Les enfants portant un foulard rouge autour du cou est une vision omniprésente en Chine. Mais que représente-t-il ?

Le foulard est donné aux jeunes qui montrent leur loyauté envers le pays par leur comportement, leurs notes et leur dévouement. Et ainsi, ils appartiennent aux Jeunes pionniers de Chine qui est un mouvement de jeunesse pour les enfants de la République populaire de Chine.

Les Jeunes pionniers sont constitués d’enfants âgés de 6 à 14 ans. La plupart des élèves des écoles primaires sont des Jeunes pionniers à leur sortie de l’école. C’est un peu une course du premier qui recevra son foulard rouge, et c’est très mal vu si tu ne l’as pas ou tu le reçois tard. En 2002, le nombre de Jeunes pionniers était estimé à 130 millions.

La constitution des Jeunes pionniers explique que le foulard correspond au triangle prélevé au drapeau Chinois et montre ainsi son union à la patrie. Tout membre doit arborer fièrement le foulard.

 

Sources :

http://www.ibe.unesco.org/fileadmin/user_upload/Publications/WDE/2010/pdf-versions/China.pdf

http://www.ecolesdumonde.com/french/chine.php

http://fr.wikipedia.org/wiki/Syst%C3%A8me_%C3%A9ducatif_de_la_R%C3%A9publique_populaire_de_Chine

http://www.afs.ch/fileadmin/redakteure/images/PDF/Laenderbeschriebe/yp_chine.pdf

http://www.apprendreaapprendre.com/reussite_scolaire/chine-systeme-educatif-397-8-18.html

http://www.piefrance.com/trois-quatorze/reportages/le-systeme-scolaire-en-chine/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jeunes_pionniers_de_Chine

 

Laisser un commentaire